Cleanrooms Blog

Gardez le coronavirus hors de votre salle blanche – Une interview avec Dr. Rüdiger Laub

La pandémie du corona pose de grands défis pour les entreprises avec une salle blanche. Comment pouvez-vous protéger vos opérateurs et maintenir la production en même temps?
21 April 2020
cleanroom academy

Le coronavirus SARS-CoV-2 pose de grands défis pour les entreprises avec une salle blanche. Maintenant plus que jamais, il est très important de s’assurer que les virus et bactéries ne pénètrent pas dans a salle blanche via les opérateurs ou leurs tenues. Quels sont les pièges et comment adresser cette question?  Dr. Rüdiger Laub, Responsable de la Cleanroom-Academy chez profi-con, nous donne son avis.

Dr. Laub, peut-on empêcher que SARS-CoV-2 entre dans la salle blanche?

Non, vous ne pouvez pas complètement empêcher que les virus entrent dans la salle blanche. 

Par contre, vous pouvez beaucoup faire pour assurer que le virus ne trouve pas son chemin vers la salle blanche – par exemple par le biais des tenues, des lunettes, des gants et d’autres mesures de protection adaptées pour la salle blanche. Et naturellement, il faut aussi sensibiliser vos opérateurs avec des formations et des instructions claires.  Le risque d’une contamination va dépendre de leur comportement. Il va de soi que mêmes les mesures les plus extrêmes n’offrent pas une garantie à 100%.  Les opérateurs restent le maillon faible de la chaîne. De part la longue période d’incubation, un opérateur peut être porteur du virus sans le savoir et inconsciemment aussi infecter les autres opérateurs. A ce stade, il est possible que votre opérateur ne présente  aucun signe.

Si vous avez une capacité de testing suffisante et dans le cas d’une présomption de corona, les opérateurs actifs dans « l’infrastructure critique » comme dans la salle blanche d’une pharmacie hospitalière devraient être testés préventivement.  Le principe de base est aussi valable pour la salle blanche: détecter précocement -  retirer tôt du processus – réduire les risques.

Si un opérateur de salle blanche a un test corona positif mais ne présente pas de signes de la maladie. Que doit-on faire ?

Il y a une seule option : quelqu’un qui est testé positif au coronavirus doit immédiatement se mettre en isolement à la maison ou aller en confinement. C’est explicitement recommandé par entre autres l’institut Robert Koch. Toutes les mesures suivantes doivent être agréées avec le médecin ou le centre de santé.   

Combien de temps un opérateur sera absent? Ou autrement dit, à quelle condition un opérateur qui a testé positif peut-il reprendre le travail? 

C’est le médecin qui doit prendre cette décision. Il existe bien-sûr des règles qui donnent une bonne idée de la marche à suivre. S’agit-il d’un opérateur d’une “infrastructure critique” – le secteur de la santé ou service social – le travail peut au plus tôt être repris quinze jours après manifestation des premiers symptômes et si l’opérateur ne présente plus de signes pendant 48 heures. Dans ce cas, on assume que la personne concernée aurait développé une défense immunologique.

Au sujet de la prévention : Quelles mesures de protection recommandez-vous aux opérateurs pour éviter le transfert du coronavirus à la salle blanche?

Par principe les processus dans les sas, les tenues salles blanches, le comportement de votre opérateur ainsi que les mesures de nettoyage et de désinfection forment une barrière efficace contre la pénétration des virus. SARS-CoV-2 est par contre exceptionnellement contagieux et dangereux, ce qui impose de prendre des mesures supplémentaires. Voilà pourquoi je conseille vivement de prendre les mesures suivantes pour réduire les risques autant que possible: uniquement une personne à la fois peut se trouver dans les sas qui donnent immédiatement accès à la zone de production dans la salle blanche. Des tenues salles blanches et plus précisément des protections du visage sont aussi une priorité. Même dans les salles blanches où la protection de visage ne s’appliquait pas de façon standard jusqu’à maintenant, par exemple les classes GMP D et C ainsi que les classes ISO 9 jusque ISO 6. Etant donné que le virus peut aussi se répandre par les mains, je recommande de toujours porter des gants dans la salle blanche - même si ce n’est pas prescrit pour votre classe.  Des lingettes pour salle blanche offrent une protection additionnelle et peuvent être utilisées pour plus que juste pour le nettoyage ou la désinfection des surfaces.

Le comportement de vos opérateurs et bien-sûr primordial. Converser doit être réduit à un strict minimum. Le mieux est de ne pas parler du tout  et d’utiliser des moyens de communication alternatifs comme un tableau mémo. Si un opérateur doit tousser ou éternuer dans la salle blanche, il ne peut en aucun cas enlever le masque facial, la lunette ou d’autres tenues salles blanches de son visage. Sinon les virus et les bactéries vont se répandre librement dans la salle blanche qui devra être immédiatement désinfectée. Tenez donc plusieurs lingettes pour salle blanche devant le visage – les tenues salles blanches. L’opérateur doit immédiatement se rendre dans le sas après avoir toussé ou éternué. Dans le sas il doit jeter les lingettes pour salle blanche dans la poubelle. Il faut changer les tenues, le masque facial, la lunette /goggle et les gants si nécessaire. N’oubliez surtout pas de désinfecter les mains et les gants. Une bonne hygiène des mains est d’office une mesure fondamentale contre la propagation du virus – aussi dans la salle blanche.

Il est incontestable que les virus passent souvent de main à main. Le virus peut-il être aussi transmis par les matières qui entrent dans la salle blanche et ainsi arriver dans le processus de production?

Au fond oui, car les virus peuvent survivre sur des surfaces pendant une certaine période. Des mesures plus strictes sont à recommander pour réduire les risques. Ainsi vous pouvez implémenter un pré-nettoyage supplémentaire et vous pouvez aussi désinfecter les surfaces plus fréquemment qu’auparavant. En plus il faut faire attention à ne toucher que les éléments et surfaces essentiels pour éviter une recontamination.

S’il y a une suspicion qu’un opérateur a été infecté avec le coronavirus. Que peut-on faire pour ne pas mettre en danger la production entière ?   

Une approche possible est de mettre en place deux ou plusieurs équipes avec des opérateurs fixes par équipe. Il est primordial que les opérateurs d’équipes différentes n’entrent en aucun cas en contact les uns avec les autres.  Ainsi, si un opérateur tombe malade, seuls les membres de son équipe sont concernés.  Les autres équipes pourront continuer à fonctionner. Il faut évidemment surveiller le temps, les conditions organisationnelles et les autres aléas qui pourraient survenir. La stratégie doit être implémentée conformément à la législation du travail. Des exceptions doivent être définies et convenues.  

Vous êtes responsable pour la Cleanroom-Academy chez profi-con. Des formations face-à-face avec plusieurs participants ne sont actuellement pas possible. Quelles sont les autres options ? 

Il y a différentes variantes comme e-learning, du matériel didactique ou des instructions individuelles.  Les vidéoconférences permettent aussi une formation sans présence physique. A présent il est extrêmement important de sensibiliser les opérateurs pour les risques liés aux virus comme SARS-CoV-2 pour qu’ils puissent ajuster leur comportement et interrompre la chaîne de transmission. 

Merci beaucoup pour l’interview !

Après ses études en ‘Sciences physiques’, Dr. Rüdiger Laub a travaillé longtemps dans le domaine de la Recherche et Développement. En tant que Responsable de production, il a mis en place de nouveaux concepts pour les systèmes en salle blanche, coordonné la qualification des salles blanches ainsi que développé et implémenté des programmes d’hygiène adaptés. Depuis 2018, Dr Rüdiger Laub est responsable pour la Cleanroom-Academy. En plus d’enseigner et former, il est aussi responsable pour le conseil aux clients et la gestion de la qualité.

Depuis 2008 la Cleanroom-Academy de profi-con partage sa connaissance sur le comportement en salle blanche, le nettoyage et  la désinfection ainsi que la réglementation en salle blanche.  Une équipe fixe avec des formateurs expérimentés donne des cours sur mesure dans un de ses centres de formation à Leipzig, Aschaffenburg ou Marburg (Allemagne). Le coaching et les formations sur site ont lieu chez les clients. 

profi-con GmbH
reinraum-akademie
Rosa-Luxemburg Straße 12-14
04103
Leipzig
Deutschland
info@reinraum-akademie.de